Vous êtes ici

Édito

"Métaphore lumineuse", tel pourrait être le titre générique donné à la présente saison. L'art, la musique, l'œuvre sont des métaphores de la vie même, histoires et reflets de la beauté du monde. Le concert d'ouverture de saison donné à la Biennale de Venise rend hommage à Gérard Grisey. Nul autre que lui n'a peut-être joué sur ce concept de l'espace et du temps, du "poétique" transmuté dans la matière vivante et l'allégorie des sons. Deux grandes lignes d'horizon se croisent cette saison. L'une consacrée à l'Italie et la musique italienne, Stroppa, Botter, Cavallone, Pierini, Sciarrino, dans un maillage d'œuvres avec solistes, avec From Needle's Eye pour trombone et ensemble, Las Tablas pour percussions et ensemble, Horos pour flûte princi- pale et ensemble, ou Canzona di ringraziamento pour flûte solo. L'occasion d'inviter de grands solistes (Sluchin, Fabbriciani) et de donner voix et parole aux solistes de l'ensemble dans le même temps. L'invention infinie de Fabrice Jünger, flûtiste compositeur, ouvre le champ des imaginaires, d'un onirisme que la musique d'aujourd'hui invite.
Le second axe est celui de la musique française. L'hommage rendu à Gilbert Amy, pour son 80ème anniversaire, fait suite à la carte blanche consacrée à la musique de Gérard Grisey. Les œuvres, respectivement, de Grisey, Murail, Hervé, Boulez, Jünger, Drouin, Burgan, Cendo, Gaussin, Hurel, Dufourt, donnent corps et cohérence à une série de programmes de concerts se complétant en écho, avec hommages (Amy, Denisov), reprises de création (Iannotta, Adámek) et premières mondiales.
La saison conduira l'Ensemble en Italie et en Allemagne, tout en répondant aux exigences diffusionnelles territoriales, locales, de médiation culturelle auprès de tous les publics. C'est là une des lignes de force de l'EOC, d'ouvrir les imaginaires sonores d'aujourd'hui au plus grand nombre, d'en partager surprise et émotion à travers un engagement de chaque instant.
Après Boulez, Denisov et Mahler, c'est la musique d'Ondrej Adámek qui fera l'objet d'un enregistrement discographique. Deux grands événements enfin viendront pulser les fins de saison et la période estivale. Les « journées de la musique française », événement qui verra en juin 2017 sa première édition et la série de concerts EOC Classic’ l'été qui donnera à l'Ensemble l'occasion de parcourir les festivals dans des répertoires classiques et romantiques revisités par les compositeurs d'aujourd'hui.
De la "Mosaïque céleste" à "Femme et oiseaux", la poésie sonore des compositeurs, à travers l'engagement toujours ardent, sincère et intense des musiciens de l'Ensemble est bien là pour réenchanter le monde, lumineuse métaphore.

Daniel Kawka 

crédit photo : Laurent Cerino