Publié le

Sortie du disque Pierre Boulez-Philippe Manoury

Le disque dédié au Marteau sans maître de Pierre Boulez et B-Partita de Philippe Manoury sort le 14 février 2020 !

Enregistré en mai 2019 au Château de Goutelas, centre culturel de rencontre, ce nouveau disque de l’EOC propose une nouvelle lecture, plus vivante et actuelle, du chef d’œuvre de Pierre Boulez, Le Marteau sans maître, mise en parallèle avec B-Partita, in memoriam Pierre Boulez de Philippe Manoury.

“Cet enregistrement du Marteau sans maître est ainsi l’épilogue d’une grande complicité et d’un compagnonnage avec Pierre Boulez, l’homme, et son œuvre.En effet, enregistrer Le Marteau sans maître aujourd’hui c’est accepter de prendre en charge un précieux héritage, celui de cinquante années d’interprétation de l’œuvre léguées par le compositeur lui-même, fruit d’une pensée, d’une technique liée à une époque, et de le porter vers un nouvel horizon. A la lumière d’une expérience individuelle, d’une connaissance intime de l’ensemble de l’œuvre, d’une pratique collective des musiques de notre temps, d’un enregistrement monographique déjà réalisé par l’EOC et consacré à la musique du compositeur, avec l’inestimable Dérive 2, il était temps de réinterroger cette pièce à l’aune d’une nouvelle sensibilité, d’une nouvelle perception de fait plus affinée.

B-Partita se présentait alors tout naturellement pour cet enregistrement car l’œuvre est un in memoriam. Les affinités sont électives et rien ne rapproche stylistiquement ou esthétiquement les deux œuvres sinon que la seconde est une magnifique révérence. De tombeau en tombeau, ces œuvres écrites à la mémoire des aînés sont souvent des chefs d’œuvres. B-Partita est éblouie et éblouissement, infiniment complexe et lumineuse à la fois, un vertige de virtuosité, du violon solo à l’ensemble, d’inventions de textures inédites, une forme quasi en arche qui murmure à son extrémité le si bémol, B, l’initiale de Boulez, en note colorée de timbres. L’ombre du maître comme une dernière brise, une dernière onde qui plane sur cette indicible fin. Cet enregistrement, d’un maître à un autre, révèle à travers la référence et la révérence toute sa force et sa portée symbolique.”

Daniel Kawka

À retrouver ici sous le label col legno

Avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, MFA Musique française d’aujourd’hui et l’ADAMI. En collaboration avec l’IRCAM-Centre Pompidou.