Effectif détaillé flûte / hautbois / clarinette en si bémol / clarinette basse en si bémol / saxophone / cor en fa / trompette en ut / trombone percussions/ percussions / piano / harpe / accordéon / 2 violons / alto / violoncelle / contrebasse

Création EOC 

Date de création 2019

Date de composition 2019

Durée 20 minutes

“Cette partition se compose de quatre parties dont les trois premières vont en accélérant (lent, modéré, rapide) avant que la dernière partie (lente) conclue la partition.
Pour cette pièce je me suis concentré sur les aspects qui m’intéressent le plus lorsque j’écoute de la musique: la fusion des sonorités, l’ambiguïté des champs acoustiques ainsi que la virtuosité. L’écoute d’une entité acoustique, par exemple celle d’un instrument donné, diffère de celle qui va fusionner plusieurs timbres ; comment passe-t-on d’une sonorité reconnaissable
à une autre qui en combine plusieurs qui fusionnent, sont pour moi des questions qui toujours me fascine. D’autant plus qu’aux sons instrumentaux traditionnels s’ajoutent aujourd’ hui tous les modes de jeu et autres sons bruités. Enfin, selon la salle où sera jouée une œuvre,  la perception que nous en aurons sera différente et l’interprétation réadaptée.
Les partitions actuelles amplifient les notions de timbres, si essentielles à la musique la plus récente, timbres qui s’ajoutent à la virtuosité ainsi qu’à l’instrumentation plus traditionnelle. L’opposition entre définissable et indéfinissable, entre perception claire et ambiguë, entre sons instrumentaux classiques et les sonorités complexes résultantes des modes de jeu, sont des questions qui ont aiguillé mon travail pour la composition de ce Concerto de chambre.
À ces questions s’ajoute le plaisir de confronter les interprètes à la virtuosité dans les parties les plus rapides de ma partition, mon émerveillement lorsque la technique instrumentale des interprètes est stimulée et vivifiée dans les figures vives d’un tempo rapide. Je ressens alors une grande joie lorsque les interprètes exécutent ces moments énergiques qui subliment l’ensemble instrumental où la virtuosité de chacun converge vers une instrumentation brillante et énergique.
Pour moi ce sont des instants musicaux dans lesquels les techniques classiques et contemporaines se rejoignent et se dépassent.”

Ko Sahara